Quand l’échange culturel est une richesse pour une entreprise et un pays !

Pour beaucoup d’entre nous l’immersion dans une autre culture aura lieu lors du premier voyage scolaire à l’étranger. La découverte d’autres mœurs, d’autres us et coutumes qui parfois nous déstabilisent. Oui l’autre à ce pouvoir de nous déstabiliser quand il est différent. Quand il est plus fort, plus humble, plus grand, plus arrogant, plus viril ou simplement moins proche de nous car il parle une autre langue. Pour les jeunes qui se lancent dans l’aventure c’est un bénéfice « à long terme ». Non seulement sur le plan linguistique mais aussi en apprivoisant un autre mode de vie et en apprenant à se débrouiller seul sur place.

Si l’échange culturel est une richesse pourquoi tellement de gens sont « contre » ou peu enclin à le vivre au quotidien ?

La première raison est selon moi liée au fait qu’il y a un sentiment de perte lorsque l’on doit découvrir quelque chose ou quelqu’un d’autre, et ce, peu importe le contexte. Perte de notre assurance, perte de la barrière de sûreté personnelle que l’on place entre nous et les autres afin de nous protéger.
Beaucoup trop de personnes sont plus axées sur le verre à moitié vide que celui à moitié plein.
Notez qu’il faut au moins autant d’efforts pour vider un verre que pour le remplir, alors pourquoi ne pas le remplir ?
En effet on fait quasiment le même geste pour accomplir ces deux actions.
La seule différence est que pour remplir il faut un apport extérieur. Pour remplir j’ai besoin d’autres choses alors que pour vider je n’ai besoin de rien.

Une deuxième opposition à l’échange culturel est sans aucun doute le confort de l’habitude.
Nous sommes tous installés dans des habitudes qui, si elles nous donnent de la stabilité, sont aussi capables de nous enliser dans l’immobilisme. Par conséquent je pense que la découverte de l’autre implique une perte de confort momentanée pour mieux la retrouver ! Pour vivre une bonne expérience il faut parfois accepter d’en vivre une mauvaise. C’est une réalité à prendre en compte pour la vie en communauté dans notre société actuelle.

L’échange culturel : Une richesse pour l’entreprise !

A l’heure où l’innovation est au cœur de toutes les discussions en entreprise, il est important de noter que sans diversité et sans échanges, il n’y a pas d’innovation. L’échange entre personnes différentes crée des frictions qui déclenchent des interrogations. Bien souvent pour répondre à ces interrogations et ces questionnements, il faut innover.

L’innovation est une réponse aux différences.

Regardez le profil des employés des entreprises les plus innovantes. C’est une réalité frappante. Je serais d’ailleurs ravi de pouvoir illustrer mon propos par des statistiques éprouvées mais pour l’instant je reste dans une affirmation personnelle.

Si tous les ingénieurs de la Silicon Valley ne restaient qu’entre eux, ils continueraient à ne répondre qu’à des problématiques les concernant directement. Un ingénieur qui a grandi en ville aura beaucoup de mal à produire des « outils » ou à donner des réponses aux problématiques qui concernent le paysan sans qu’il n’y ait eu un échange entre eux à un moment donné.
L’ingénieur aura besoin de s’imprégner des besoins du paysan pour pouvoir répondre à ses problématiques. Il devra faire l’effort de compréhension, il devra s’enrichir de l’autre pour pouvoir faire son travail comme il faut. Mais l’ingénieur français ne répondra qu’aux problématiques du paysan le plus proche de lui, celui qu’il comprend le mieux. Je schématise grossièrement mais l’ingénieur français ne répondra « bien » qu’aux problématiques du paysan français. Il lui sera beaucoup plus difficile de répondre au besoin du paysan chinois qui lui n’a pas les mêmes outils et pas la même logique de travail.

Maintenant vous êtes probablement en train de vous demander où veux-t-il en venir. Je vais alors tuer le suspens. Maintenant pensons à ce qui se passe si je mets un ingénieur Irlandais avec un ingénieur français. Les deux pourront adresser des réponses aux paysans Irlandais tout comme aux paysans français mais ce en prenant le meilleur des deux univers. Ils pourront enrichir leurs réponses respectives aux problématiques rencontrées par le paysan qu’ils connaissent.

Je crois que vous comprenez maintenant ma logique. Les deux, trois …X ingénieurs pourront non seulement adresser des réponses pour plusieurs marchés mais en plus de cela, ils pourront faire ressortir l’essence même du métier de paysan. En partageant, les X ingénieurs pourront se rendre compte de ce qui est « universel » à tous les paysans.
Je crois profondément que certaines success story du web sont fulgurantes parce qu’elles adressent une réponse universelle à des problématiques que des millions d’utilisateurs rencontrent.
WhatsApp avec le besoin de s’appeler les uns les autres, Facebook avec le besoin des amis de rester en contact…etc
En d’autres mots l’échange culturel encourage le « Think outside the box » et boost l’innovation !

L’échange culturel : une richesse pour le pays

C’est tout naturellement que si l’échange culturel est une richesse pour l’entreprise il le sera pour le pays. Voici quelques lignes qui ajoutent du poids à cette idée.

La génétique est en faveur de l’échange culturel !

Il est aujourd’hui clairement prouvé que les populations génétiquement homogènes sont plus vulnérables aux infections que les populations riches d’une diversité génétique. Cette idée est elle-même confirmée et démontrée par les études liées à l’agriculture. La faible diversité génétique dans le monde sauvage où la consanguinité montre des résultats allant également dans le sens de cette idée qu’il faut une diversité génétique.

Les échanges à l’international favorisés par l’échange culturel.

Nous sommes tous d’accord pour dire qu’aujourd’hui aucun pays ne peut se suffire à lui-même quand bien même son économie serait florissante. La Chine est un exemple frappant. L’économie chinoise est à un rythme positif ahurissant, pourtant la Chine a besoin des ressources du plus vieux continent qu’est l’Afrique. Tout comme beaucoup d’autres pays d’ailleurs…

Quoi de mieux pour faciliter les échanges interculturelles que d’avoir au sein de son pays des personnes capables de comprendre d’autres cultures et de s’en imprégner parce qu’ils en sont issus ou parce qu’ils l’ont profondément adoptée.
Je ne crois pas que les États-Unis soit la première puissance économique mondiale par hasard. Dès la naissance de leur pays ils ont dû faire face aux problématiques de différences culturelles. Loin de moi l’idée d’avancer que les USA sont le modèle de mixité social réussi par excellence. Je dirais qu’ils se sont quand même drôlement bien débrouillés sur le domaine du vivre ensemble. Cela les a contraints à réinventer les échanges interculturels et donc à faire d’eux une nation capable de parler business avec n’importe quel autre pays.

Je terminerais donc ce petit texte en remettant l’accent sur le fait que l’échange culturel peut être couteux voir même douloureux pendant un temps mais ses fruits sont généralement très positif pour tout individu qui prend la peine de l’expérimenter. L’individu qui change, change son environnement, son entreprise… son pays !

Laisser un commentaire