Focus sur la mode africaine en 2019 !

habille nous africa

La mode africaine se développe et gagne du terrain.

Certains développements importants se sont produits à la mode africaine au cours des cinq dernières années.
Le premier est lié à la perception: les tissus et la mode africains ne sont plus perçus par le public et les acheteurs occidentaux comme un vêtement « traditionnel » (ce qui était toujours une autre façon de dire ce que les Africains fabriquaient et portaient sans la finesse de la mode occidentale) .

Parallèlement, l’utilisation croissante de textiles africains et d’autres éléments d’artisanat et de mode par des designers occidentaux, tels que l’utilisation par Ken Vuitton du Kenyan Shuke dans sa collection Printemps / Été 2012.

Un autre exemple a été le nombre croissant de créateurs de mode africains qui présentent leurs travaux sur les podiums hors d’Afrique.

Nous avons écrit sur certaines de ces marques, telles que Mina Evans, Uzuri Couture et Wana Sambo, et si vous suivez les blogs de mode africains, vous en découvrirez beaucoup plus.

Néanmoins, le marketing à l’échelle mondiale reste une pierre d’achoppement pour la plupart des marques africaines. Cela et la distribution internationale.

Les marques de mode occidentales ne s’appuient pas entièrement sur leurs marchés locaux et les designers africains ne devraient pas non plus en être obligés. C’est là que l’organisation internationale Fashion 4 Development (F4D) pense pouvoir faire une différence: en préparant les designers africains à travailler avec des détaillants occidentaux et en réunissant les deux.
(source https://www.theguardian.com)

Voici quelques stars de la mode africaine

Celui qui habillait Mdiba !


Pathé Ouédraogo
, n’est pas un styliste comme les autres et son métier n’est ni une marmite dans laquelle il était tombé tout jeune, ni une passion qui l’a animé depuis l’enfance. Pathé est un de ceux qui récoltent le fruit d’un dur labeur et qui n’ont eu pour unique raison de succès que la détermination de survivre, tout simplement.

pathe ouadraogo

« Je suis Burkinabé de naissance et Ivoirien d’adoption. Je suis arrivé à Abidjan en 1969 et sans parents là bas, sans ressources, j’ai atterri comme apprenti dans l’atelier d’un tailleur à Treichville. Etre tailleur pour moi était une nécessité. Ce métier, qui ne demandait pas d’avoir fait d’études poussées, allait me permettre de survivre et pour cela je m’y suis mis corps et âme » nous a confié le désormais célèbre styliste.

Pathé Ouédraogo nous a raconté son parcours, encore étonné d’en être arrivé là mais un peu amer de ne pas avoir les moyens d’en faire plus, « dans une Afrique qui délaisse ses artisans ».

« Je n’ai jamais pensé qu’un jour j’allais habiller Nelson Mandela, encore moins que j’allais le rencontrer. Moi qui devait coller des machines à coudre pour me trouver une place où dormir dans l’atelier, j’entendais parler de ce grand homme qui croupissait en prison sans jamais penser une seconde à ce qui allait arriver par la suite » a pousuivi Pathé Ouédraogo.
(source : http://www.businessnews.com.tn)

La sénégalaise qui a habillé Beyoncé

Dièynaba Diaw a  la baraka, mais pas seulement. Cette créatrice franco-sénégalaise a aussi travaillé avec passion et acharnement pour gravir les échelons, mais aussi et surtout pour avoir une reconnaissance internationale.
Objectifs atteints puisque Dièyna, comme l’appellent affectueusement ses proches, a été choisie par la star mondiale Beyoncé pour l’habiller lors du Global Citizen Festival, en Afrique.

Depuis cette belle opportunité, elle est devenue « un produit » prisé des médias occidentaux. L’ambition de la jeune créatrice est de continuer à briller au firmament de la mode et de la création. Le seul hic, c’est que cette ambassadrice de la culture sénégalaise n’est pas encore connue dans son pays d’origine. (source : http://www.infos15.com)

Noémie Lenoir et son Habille-nous Africa

Jean-Paul Gaultier, Paco Rabane, Valentino, Yves Saint-Laurent, Christian Lacroix, Hermès, Stella MacCartney… Les plus grands noms de la mode s’inspirent des tissus, matières et motifs africains. Pourtant les créateurs du continent n’ont pas pignon sur rue à Paris, New York ou Milan. Ce constat en forme d’interrogation est le point de départ du film Habille-nous Africa réalisé par Noémie Lenoir pour TV5 Monde.

En marge des défilés, Noémie Lenoir s’est interrogée sur la filière de la mode encore très artisanale en Afrique alors qu’elle influence les plus grands couturiers en Europe et au-delà. Le résultat de ses recherches au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Sénégal est à découvrir dans Habille-nous Africa, un documentaire à découvrir ce mercredi sur TV5 Monde (vidéo ci-dessous, source : https://afrique.lalibre.be ).

Laisser un commentaire